vendredi 29 janvier 2021

VBAE : Réincarnation d'un vieux biclou avec assistance électrique

 

Après 21 années de bons et loyaux services, certainement plus d'un tour du monde dans ses roues, le vieux biclou à tout faire, du quotidien...

  ...aux voyages à vélo, dans toutes les configurations ...


...a connu une nouvelle réincarnation : devenir un VBAE traduire un vieux biclou à assistance électrique. 

Par définition, le "vieux roule toujours" s'est habitué à son usure; mais ne nous y trompons pas des travaux de rénovations préalables sont nécessaires, pour répondre à la sollicitation d'un moteur d'assistance électrique.

Pour ce faire, le vélo est entièrement démonté et le cadre se retrouve à nu, les pièces sont soigneusement rangées avant d'être révisées- nettoyées ou changées.

En dehors des traces militantes associatives, le cadre témoigne aussi de l'usage à tout faire du vieux biclou qui sera entièrement repeint.

 

Les pièces incontournables qui seront remplacées pour raisons d'usures irrémédiables : axes de pédalier, chaine, pignons de roues, selle, porte bagages, pneu, câbles de freins et dérailleurs, roulement de direction, garnitures de freins, garde boues [Il en avait bien besoin! ]... Compte tenu la rareté des pièces de rechange (suite à l'engouement actuel du vélo lié à la pandémie) ainsi que de leur prix, il s'agit des pièces strictement nécessaires pour une remise en état, les autres pièces seront toutes nettoyées , révisées et graissées, avant leur remontage.

Deux principaux types de motorisation des vélos existent: moteur pédalier ou moteur dans les moyeux des roues (roue avant ou roue arrière). Le vieux biclou est quand à lui équipé d'un moteur dans l'axe de la roue arrière, un kit complet est alors commandé.

 


Le kit complet  comprend:

A : Une roue arrière complète avec moteur moyeux roue arrière ("Hub) de 250 W à 36 Volts

B:  Un contrôleur (le cerveau ) et sa boite

C : Un répétiteur d'affichage / programmateur

D : Un capteur de pédalier

E : Un accélérateur de pouce (utile en cas de démarrage chargé en cote)

F : Une paire de levier de frein (coupant l'assistance si freinage)

G : Une batterie Lithium/ion 17,5 A/H , 36 V capacité de charge 630 Wh ( soit une autonomie moyenne de 60 kms (+/- selon assistance demandée et charge du vélo)

Ainsi que l'ensemble des câbles de connexions permettant de réaliser le montage suivant:

 


 

Une fois le kit reçu et les pièces de rechange enfin trouvées, le patient ré-assemblage des organes du vélo peut commencer.

 

Des ajustages du cadre auront été nécessaires. Après 10 journées de travail assidu, la réincarnation du vieux biclou s'achève.

Le bilan financier (hors main d’œuvre !) :

- Kit de motorisation et quincaillerie (colliers et gaine électrique): 615 €

- Pièces de rechange pour remise en état : 135  € 

- Équipement ou ré-équipement: 50 €

Soit un total de 800 €  

Le bilan technique :

Hormis un petit ré-ajustage du cadre et le passage des câbles de connexions électriques, la motorisation d'un vélo ne présente pas de difficulté majeure. La principale difficulté a résulté dans la vétusté du vieux biclou et les difficultés actuelles ( pénurie liée à la pandémie et à l'engouement actuel du vélo = rupture de stocks de vélo et pièces de rechange) d'approvisionnement en pièces détachées. 

Le vieux biclou a désormais troqué sa fonction voyage en fonction utilitaire.

Conclusion: 

La transformation du vieux biclou en VBAE a engendré une remise en état et une révision générale pour un budget équivalent à un Vélo électrique (VAE) de premiers prix (hors main d’œuvre) mais pour des caractéristiques techniques de VAE supérieures. 

La motorisation d'un vélo "fait maison" permet, par ailleurs, une appropriation de la technicité ainsi qu'une autonomie technique, au regard des VAE neufs équipés d'éléments spécifiques dépendants des marques et qui peuvent s'avérer en rupture de stock ou obsolescents à terme.

L'électrification d'un vélo neuf avec des caractéristiques plus actuelles peut aussi être une solution plus abordable techniquement et d'une spécificité d'assistance intéressante.

 

Christophe EVEN





mardi 1 décembre 2020

Le coût des politiques vélo

 

« Combien ça coûte ? ». La question récurrente des élu.e.s et technicien.ne.s des collectivités qui souhaitent développer la pratique du vélo sur leur territoire trouve des réponses dans le nouveau guide : Le coût des politiques vélo.


Sur près de 100 pages le guide dévoile les coûts de réalisations concrètes d’infrastructures ou de services. 

Le coût des politiques vélo indique des fourchettes de prix aussi bien pour la création d’un service de location de vélos en libre-service que d’aménagements cyclables de transition (« coronapistes »), d’une étude de trafic, d’une fête du vélo ou d’un marquage au sol. 

Les budgets de chacune de ces composantes potentielles d’un plan vélo (des infrastructures aux services) ont été estimés sur la base d’une enquête réalisée pendant une année, et de la participation 31 collectivités adhérentes du Club.

 

Cliquez sur l'image pour accéder au guide

Au sommaire : 

 
> De la conception à la mise en œuvre de la politique vélo : les moyens humains, les études externalisées, le comptage vélo.
> Les aménagements : voirie ; signalétique et jalonnement ; aménagements cyclables de transition ; stationnement ; matériaux recyclés, recyclables, perméables, à faible bilan carbone ; stationnement ; aménagements spécifiques ou innovants.
> Les services et animations : proposés par les collectivités et par les associations soutenues par les collectivités ; l’animation et la communication ; le soutien technique et financier aux citoyens, associations et entreprises. 
> Les recettes et aides financières existantes.

Une édition réalisée avec le soutien et la collaboration de l‘Ademe (l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l'énergie) et la participation du Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement).

samedi 21 novembre 2020

La recette pour monter un atelier d’auto-réparation de vélos dans votre quartier

L'association Anciela à Lyon  est une association indépendante qui suscite, encourage et accompagne les engagements et les initiatives citoyennes en faveur d’une société écologique et solidaire, à Lyon et ses alentour. Elle propose dans son guide Agir à Lyon la recette pour monter un atelier d'auto-réparation de vélo

 

Chaque atelier a sa propre histoire et il n’y a pas de parcours standard pour le montage d’un atelier… Néanmoins, voici quelques idées pour s’y mettre !

1 / Comment commencer ?

Quand on s’intéresse à la création d’un atelier, il est bon de mieux connaître ceux qui existent déjà. Vous pouvez les contacter, aller les rencontrer, et devenir bénévole pour découvrir leur fonctionnement. Chaque atelier a sa culture, ses modes de fonctionnement, cela vous aidera à trouver votre voie !

Ensuite, il faut trouver autour de vous une ou deux personnes adeptes du vélo et/ou passionnées de bricolage, bien motivées pour vous aider et construire une petite équipe !

Les ateliers commencent souvent d’abord avec des ateliers mobiles, qui proposent des permanences dans leur quartier. Pas forcément besoin de rechercher un grand espace dès le début, mais au moins un local (un garage, un local dans une maison de quartier, Mjc, Centre social, etc.) pour y entreposer les outils.

Il faudra donc commencer par se procurer un minimum d’outillage : pour ça, il est possible d’en récupérer à moindre prix, par ses connaissances (chez les bricoleurs, il y a toujours quelques outils en double… !) ou dans d’autres lieux comme Emmaüs.

Petite idée pour vous aider à vous lancer : vous pouvez commencer par demander une (ou plusieurs) intervention(s) d’un atelier mobile afin de mobiliser vos voisins en leur faisant découvrir concrètement le concept. Ceci permettra de repérer les plus motivés et ainsi de créer une petite équipe motivée pour se lancer dans la création d’un atelier permanent.

Toutes les infos  sur les ateliers mobiles.

2 /Comment construire un atelier ?

Vous êtes déterminé(s) à vous lancer, vous avez rassemblé quelques personnes motivées et dynamiques, votre aventure peut commencer ! Quelques étapes importantes à avoir en tête…

1. Être accompagné par des structures pertinentes !

Dès les débuts de votre réflexion, vous pouvez vous faire accompagner par le réseau L’Heureux cyclage, qui accompagne les ateliers d’auto-réparation de vélo et qui vous apportera des conseils très utiles, vous aidera dans le montage de vos statuts associatifs et vous formera pour acquérir les différentes compétences indispensables à des créateurs d’ateliers !

Dans le même temps, vous pourrez vous mettre en lien avec La Clavette, le réseau lyonnais des Ateliers d’auto-réparation, qui vous permettra de bien connaître notre éco-système local et d’avoir des conseils précieux pour bien démarrer sur Lyon et ses alentours !

Enfin, vous pouvez vous mettre en lien avec la Pépinière d’initiatives citoyennes d’Anciela (nous !) pour échanger sur votre action et avoir des conseils et mises en lien complémentaires des accompagnements de L’Heureux Cyclage et La Clavette !

2. Créer une association !

Dès lors que vous souhaitez vous lancer, vous aurez besoin d’un statut associatif pour vos démarches : banque, assurance et dialogue avec les autres acteurs de votre quartier.
Vous n’êtes pas obligés de trouver un nom définitif à votre atelier dès ce moment, mais c’est quand même conseillé (en tout cas c’est plus simple !) car vous allez vous présenter à de nombreux acteurs et institutions, autant qu’il retienne le bon nom dès le début !

3. Trouver des partenaires locaux, un local de stockage, des lieux d’action…

Ensuite, il vous faudra créer des partenariats locaux. Pourquoi ? Parce qu’il vous faudra un lieu de stockage pour vos (futurs) outils et pièces, des lieux pour organiser vos permanences et à termes un lieu fixe pour votre atelier. Ce sera le moment de rencontrer les acteurs du quartier : la Mjc, le ou les Centres sociaux, le Conseil de quartier, la Mairie de quartier, les élus et les agents en charge du développement durable, de la mobilité, des déchets, etc.

Vous pouvez préparer un dossier de présentation du projet à leur envoyer pour qu’ils comprennent bien votre philosophie, vos objectifs, les actions que vous mènerez, vos attentes… Et n’oubliez pas un petit mot sur vous et votre équipe, c’est plus humain et rassurant de savoir qui vous êtes !

4. Trouver des vélos à réparer ou à démanteler !

Une fois votre premier local trouvé (ou lieu de stockage) et des outils rassemblés, vous pourrez commencer de récupérer des vélos en organisant des actions de récupération. Cette étape sympathique (car vous rendez service aux gens !) permet de se faire connaître dans le quartier. Les vélos réparés sont revendus pour financer l’atelier et les vélos non réparables serviront à alimenter le stock de pièces.

5. Trouver des financements et définissez votre modèle économique !

Votre atelier aura nécessairement besoin de trouver des moyens pour agir ! Combien ? Cela varie en fonction des ateliers, de leurs choix et des opportunités qu’ils ont eu : est-ce que vous devrez louer votre local ? Est-ce que vous aurez des salariés pour coordonner vos activités ? Est-ce que vous aurez des actions solidaires (dons de vélos, etc.) ? Votre atelier pourra avoir besoin de 10.000€, de 50.000€ par an ou plus ! Quelques pistes pour financer votre activité…

Un financement participatif pour le lancement et les nouveaux défis : une campagne de financement participatif est une bonne idée pour le lancer votre atelier ! Elle vous permettra d’être connu du public et de rassembler 5000€ à 10 000€ pour vos premiers investissements, une remorque pour un atelier mobile, par exemple ! Vous pourrez aussi réutiliser ce mode de financement lorsque vous vous lancerez de nouveaux défis : un nouveau local, un événement génial, etc. !

L’adhésion : Les ateliers fonctionnent presque toujours avec à une adhésion annuelle des participants, toute personne qui bénéficie à un moment du service adhère à un tarif fixe (10€, 20€, 30€… comme vous déciderez) ou à prix libre. Il vous est possible de mettre des tarifs solidaires, plus accessible pour ceux qui ont moins, bien sûr !

Voici une petite idée des tarifs d’adhésion des ateliers lyonnais…

Le TriCycles : 10€ (réduit : 5€)

Le Chat perché : 15€

La Ptite Rustine : 30€ (réduit : 25€)

–  Change De Chaîne : prix libre

Le Recycleur : 35€ (réduit : 25€)

La vente des vélos réparés :  vous pouvez développer une activité de réparation de vélos récupérés pour les revendre et vous constituer ainsi un petit fond bien utile pour les investissements nécessaires à la vie de votre atelier !

Des prestations et des formations : vous pourrez réaliser des prestations (ex : intervenir avec un atelier mobile dans une entreprise ponctuellement ou régulièrement) ou des formations (ex : les 10 réparations de base à connaître pour les vélos) pourront vous rapporter une belle marge pour investir dans un local, des outils ou libérer du temps pour des actions gratuites. Les entreprises, les villes, les Mjc et Centres sociaux (entre autres) pourront être intéressés par ce type de prestation !

Les subventions et aides publiques : votre action étant d’intérêt général à plusieurs titres (éducation, prévention des déchets, mobilité douce et durable, lien social…) vous pourrez bénéficier d’aides publiques. Lesquelles ? Quelques éléments (non exhaustif !)…

  • Des subventions de fonctionnement : votre mairie (ou la Métropole) pourra considérer votre activité comme très bénéfique à la vie dans la ville et vous soutenir chaque année à hauteur d’un montant que vous définirez ensemble. Il peut s’agir d’une subvention en nature avec la mise à disposition d’un lieu ! Pour cela, rencontrez les élus et les services en charge du développement durable, de la mobilité…
  • Des subventions de projet : elles sont plus courantes aujourd’hui, il s’agit soit d’appels à projet (à consulter sur Rhône Alpes Solidaire ou sur les sites des collectivités) ou d’aide dans le cadre de plan ou de politiques publiques comme le Plan d’éducation au Développement durable (PEDD) de la Métropole de Lyon.
  • Des subventions d’investissement : elles vous permettent de financer un investissement (une remorque, des travaux, des outils…) pour que vous puissiez vous lancer. C’est pour une seule fois, mais c’est bien utile pour démarrer !
  • Des aides pour la création d’emploi : il existe différentes aides et des contrats spécifiques lors de la création d’un emploi : CUI-CAE, Prime d’embauche…

Il ne suffit pas de remplir un dossier en ligne pour obtenir une subvention : il est indispensable (ou en tout cas très utile) d’aller à la rencontre des élus et des agents des collectivités afin de bien comprendre leurs attentes, qu’ils vous connaissent, comprennent vos objectifs et voient que votre action est sérieuse.

6. Bien faire vivre votre atelier : le grand défi !

L’organisation de la vie de votre atelier est une défi important : votre objectif sera que tout le monde puisse collaborer et que les adhérents puissent s’y retrouver facilement pour réparer leurs vélos, se sentent intégrés, reviennent souvent, et que les plus expérimentés continuent à avoir envie de venir aider les moins connaisseurs ! Bref, que ce soit une belle aventure humaine !

Difficile de donner des conseils là-dessus, c’est à vous de trouver votre voie et votre organisation ! Visitez les autres ateliers à Lyon et en France, et faites vous une idée, mais surtout prenez le temps d’en discuter souvent entre vous pour progresser. Rien n’est jamais figé en la matière !

Sur le plan pratique, vous trouverez beaucoup d’idées pour organiser votre atelier, des panneaux d’outils, des codes couleur, des étiquettes, des crochets pour suspendre roues et vélos… Il y a beaucoup d’exemples à copier et tout à inventer avec un peu d’imagination !

Avec les participants, il faudra notamment veiller à ce que les bons outils soient utilisés, aider dans les situations complexes et veiller au respect du rangement de votre atelier.

Etape 6 (bis) : Communiquer et continuer de mobiliser dans la durée…

En même temps que votre organisation interne, il vous faudra réfléchir à être toujours identifié par les habitants du quartier. Quelques conseils…

Il faudra sans doute créer un site internet qui présente votre atelier, le lieu, les horaires d’ouvertures, les tarifs d’adhésion, les services, les événements, mais aussi votre petite équipe. Il doit donner envie de venir ! De la même manière vous pourrez explorer les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, et d’autres !

Surtout, votre atelier pourra participer à différents évènements : participer aux festivals et différentes animations du quartier permettra de mettre l’activité sur le devant de la scène et de pousser les habitants à venir réparer leurs vélo !

Ces évènements sont importants car ils permettent d’aller à la rencontre des habitants du quartier, qui ne connaissent pas forcément le concept des ateliers et qui pourront apporter leur contribution ensuite : donner des vélos qu’ils n’utilisent plus, devenir bénévole, soutenir financièrement…

Assurance des activités des ateliers de réparation vélo

L'assurance est un point important que nous avons tendance à reléguer au second plan. Il vaut mieux se protéger au maximum de tout risque qui pourrait, en cas de litige, mettre en péril un projet d'atelier.

Cliquer sur l'image pour accéder à l'article dédié de WIKLOU

 

vendredi 20 novembre 2020

L'atelier participatif "Brico-vélo" de l'association Place au vélo à NANTES

L'association Place au vélo dont l’objectif principal de l’association est de promouvoir l’utilisation du vélo comme moyen de transport au quotidien, organise l’atelier participatif "Brico-vélo" ouvert les 1er et 3ème samedis du mois 14h-18h, et les 1er et 3ème jeudis du mois 17h-20h. 

 

 Les "brico-vélo" accueillent ainsi 500 personnes chaque année, sur un peu plus de 40 ateliers organisés

Ces ateliers sont animés par des bénévoles et un salarié de Place au Vélo.
En y participant, vous êtes acteur de la réparation de votre vélo ! Nous vous expliquerons comment effectuer les réglages et les réparations, et ensuite… à vous de jouer !

Place au Vélo fournit les outils. Quelques pièces neuves (gaines et câbles) sont vendues sur place, pour les autres pièces, nous vous invitons à vous les procurer chez les vélocistes au préalable.

Infos pratiques :

Ces ateliers sont gratuits, sans inscription et ouverts à tous. Seule l’adhésion à l’association est demandée, pour des raisons d’assurance. 

Il est également demander de lire la charte de fonctionnement de notre atelier et d’émarger à chaque passage.

 


jeudi 25 juin 2020

Carte du Schéma national des véloroutes – version 2020

VÉLO & TERRITOIRES DÉVOILE LA NOUVELLE CARTE DU SCHÉMA NATIONAL DES VÉLOROUTES
Suite à une campagne d’actualisation du Schéma national des véloroutes en 2019 animée par Vélo & Territoires en lien étroit avec un comité de pilotage constitué des ministères de la Cohésion des territoires et de la Transition écologique et solidaire, la Coordination interministérielle pour le développement de l’usage du vélo, l’ADEME, l’AF3V, le Cerema et VNF, Vélo & Territoires publie la nouvelle carte recto-verso de ce Schéma national. La démarche a été menée en coopération avec les territoires et par délégation des ministères.


[ suite de la présentation ici]

Cliquez sur l'image pour accéder à la carte ( version PDF)

mardi 23 juin 2020

Pour une métropole vélo Municipales 2020 : 5 thématiques incontournables pour un mandat cyclable ambitieux

La Re Cyclo Rit de Couëron soutient les 5 thématiques proposées par l'association Place au Vélo. 

5 thématiques incontournables pour un mandat ambitieux

 

L’association Place au Vélo a vu le jour en 1991 et rassemble aujourd’hui plus de 1 300 adhérent·e·s, réuni·e·s derrière la promotion du vélo comme moyen de transport au quotidien, pour toutes et tous. Pour que Nantes devienne véritablement une métropole apaisée, sûre et cyclable, il est nécessaire d’engager lors du prochain mandat un plan vélo renouvelé et ambitieux. Place au Vélo présente ses propositions, en cinq thématiques, pour faire l’état des lieux des engagements qui doivent être pris pour faire toute la place au vélo, le moyen de transport du futur… dès aujourd’hui !


Cliquez sur l'image pour accéder au document PDF

dimanche 14 juin 2020

Abri vélo gare de Couëron : mode d'emploi


Dans l'article du 7 octobre 2019, nous vous annoncions la création d'un abri vélo gratuit en novembre 2019, celui ci est donc devenu réalité.


Les grèves de train puis la crise liée à la pandémie de la Covid 19, n'ont pas permis de faciliter la reprise des trajets en train. Le dé-confinement et les mesures de distanciations renforcent désormais l'usage du vélo, ses bienfaits environnementaux et notamment les possibilités d'intermodalité avec l'usage des transports en commun, en l’occurrence la gare de Couëron.


La gare de Couëron est en effet située dans un périmètre de 2 kms de la quasi totalité du centre de Couëron, soit 10 minutes maximum en vélo.



L'abri vélo est composé d'un local ouvert composé de 10 appuis vélo soit une capacité de 20 vélos ainsi que d'un local à accès sécurisé d'une capacité de 48 places .


Pour pouvoir accéder à la partie sécurisée, il convient d'activer un abonnement gratuit " Biccloopark" 1 an reconductible , celui ci peut être activée avec votre carte Libertan [avec ou sans abonnement mensuel:  voir site de la Tan] qui vous permet d'accéder au train pour Nantes. [ Lien du site : Bicloo Nantes Métropole]


Soulignons enfin que le parking nord de la gare (côté Erdurière) est équipé de 3 appuis vélos (capacité 6 vélos)


L'accès nord,  permet d'étendre le périmètre vers les hameaux au nord de la gare Couëron.


Christophe EVEN

mercredi 3 juin 2020

Prémices d'un atelier vélo...?

Après avoir pu réparer une "potence" donnée, remis en service un vieux coffre de caravane pour stocker des outils, trouvé un coin d'ombre tranquille, l'atelier de réparation vélo prends des allures estivales :)


Christophe EVEN

vendredi 17 avril 2020

En attendant ....

A défaut de pièces détachées ...La bicyclette à construire avec Gallica ne nécessite qu'un peu de carton, 12 épingles à cheveux, 2 bouchons en liège, et beaucoup de patience (*) ...





 CLIC

(*) Patience = propriété développée dans l'activité de réparation de vélo.


lundi 13 avril 2020

Impact du Covid 19 en Chine

Une petite idée de ce qui nous attend en France après la levée du confinement ? Les Chinois ont déserté les transports en commun et se sont tournés massivement vers la voiture individuelle...[ étude Ipsos 12/03/2020]


Cliquer sur l'image pour accéder à l'étude
 En attendant adoptez les bons gestes "barrières"



mercredi 4 mars 2020

Parlons Vélo ! Municipales 2020

La Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), forte de son réseau de plus de 320 associations et antennes, a pour objectif de rendre la Solution Vélo attractive et sûre pour toutes et tous, partout en France. 

Suite à la deuxième édition de son Baromètre des Villes Cyclables, elle vous propose, sur cette plate-forme, de mettre le vélo au cœur de la campagne des élections municipales de mars 2020. 

Cliquer pour accéder à a plateforme







mardi 11 février 2020

Palmarès du baromètre parlons vélo des villes cyclables 2019

La FUB vient de publier le palmarès du baromètre parlons vélo des villes cyclable 2019



Grâce à la forte mobilisation des associations du réseau FUB, des collectivités et un relais inédit de la presse locale, la participation au baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019 a été très importante. Près de 185 000 réponses ont été enregistrées à l’échelle nationale, soit une progression de +63 % par rapport à l’édition 2017. Outil participatif de mesure du ressenti des politiques cyclables locales, le baromètre devient ainsi l’enquête de ce type la plus massive dans le monde, alors qu’elle n’en est qu’à sa deuxième édition.
Les enseignements de l’édition 2019 du baromètre Parlons vélo des villes cyclables sont sans aucune ambiguïté : les citoyens souhaitent un débat sérieux sur la solution vélo déplacement, partout en France.

Le vélo est un enjeu bien au-delà des coeurs des métropoles

L’édition 2019 fournit des données très précises sur la cyclabilité de 768 villes de France, soit 445 de plus qu’en 2017. Ainsi, la participation explose en dehors des métropoles, à l’image de Lavaur (Tarn, 10 500 habitants) qui passe d’à peine deux réponses, à près de 100.

Une cartographie inédite et unique au monde des attentes citoyennes
Nouveauté de cette édition, le module cartographique permettait à chaque répondant.e d’indiquer les trois endroits les plus dangereux à vélo dans sa pratique personnelle (« points noirs ») et les « axes prioritaires », à aménager au plus vite. Ainsi, ce sont plus de 400 000 points noirs qui ont été répertoriés, permettant à la FUB de rendre publique la cartographie la plus précise jamais réalisée des priorités citoyennes pour une France à vélo. Une aubaine pour les candidat.e.s aux municipales !

Les progrès sont réels, mais insuffisants

Si seules 43 villes sur les 768 classées ont obtenu une note supérieure à la moyenne, 40 % des répondants estiment néanmoins que les conditions de circulation à vélo dans leur ville ont évolué positivement depuis deux ans. Cette perception des améliorations varie avec la taille de la ville : de 27 % pour les villes de moins de 20 000 habitants à 56 % pour les villes de plus de 200 000 habitants.

Convertir l’essai du plan vélo national à l’échelle locale

Les élections de mars 2020 constituent une chance exceptionnelle pour se saisir au niveau local du plan national vélo et des leviers de la Loi d’Orientation des Mobilités promulguée le 26 décembre 2019. La mise en oeuvre d’un véritable système vélo appartient à tous : Etat, collectivités locales, employeurs, société civile. La FUB et son réseau de 337 associations locales sont prêts à y contribuer de manière constructive.
La FUB invite la presse, les candidat.e.s et les citoyens à s’emparer des résultats du baromètre pour alimenter les débats dans chaque territoire : le vélo doit trouver sa place partout.
A un mois des élections municipales, il est plus que temps de poursuivre la série de campagnes « parlons vélo », avec l’action « municipales 2020 à vélo » menée sur municipales2020.parlons-velo.fr ! La FUB capitalise ainsi sur l’engouement suscité par son baromètre en permettant d’interpeller l’ensemble des candidats avec des propositions permettant de co-construire les 1 001 plans vélo locaux, dont la France a besoin !

Listes des communes des Pays de la Loire dont les usagers vélo ont participé : 

Cartographie des communes de l'agglomération nantaise et sa périphérie dont les usagers vélo ont participé :


Pour chaque commune concernées un tableau de bord permet d'indiquer le nombre de participants, la note globale ainsi que les 5 thèmes abordés dans le questionnaire:


Chaque Thème est détaillé en sous rubriques:

A noter par ailleurs qu'il est possible de visionner les points noirs de circulation identifiés ainsi que les demandes pour les tronçons prioritaires :



Télécharger le dossier de presse complet des résultats du Baromètre Parlons vélo des villes cyclables.
Découvrez tous les résultats du Baromètre Parlons vélo des villes cyclables.

mercredi 29 janvier 2020

"Pôle vélo" au Bidouille Cafe au centre Pierre Legendre à Couëron

Le Centre Pierre Legendre organise un Bidouille Café le samedi 8 Février 2020 de 13h à 18h.
 
Le principe du Bidouille Café:

Vous venez avec vos objets qui ne fonctionnent plus (grille-pain, téléphone, tondeuse, vélo, machine à coudre…) ou sont cassés (bijoux) et des bénévoles sont présents pour les réparer ou faire les réglages avec vous….autour d’un café.

Cette activité est gratuite mais une participation volontaire peut être apportée.

N’hésitez pas à vous renseigner à l’accueil du Centre ou au 02 40 86 13 42.

Message de RE CYCLO RIT: "Si vous avez des vieux vélos dont vous souhaitez vous débarrasser,amenez les, ils seront recyclés." 

Cycle de formation de l'Atelier du Pignon à Nantes

L'atelier du Pignon organise un cycle de formation "Pour apprendre à réparer ton vélo comme un Pro"




Inscription par mail: lepignon@spationautes.fr

lieu Ateliers Magellan 12 Quai Magellan 44000 Nantes

mercredi 22 janvier 2020

Vélo, boulot, dodo : la grève des transports a-t-elle bouleversé les mobilités urbaines ?

Emission le Téléphone sonne (France Inter) du 22 janvier 2020

En selle, citoyen ! Depuis le début de la grève des transports, l’utilisation du vélo dans les grandes agglomérations a explosé – même si la tendance à la hausse est en fait installée depuis plusieurs années. Alors, tous convertis... et durablement ? 








Faute de métros, faute de trains, et face aux files interminables de voitures et leur lot d’automobilistes stressés, beaucoup de citadins se sont tournés vers le vélo, depuis le 5 décembre dernier. Pédaler étant une façon peu coûteuse de se déplacer, en évitant les rames sur-bondées, les embouteillages... et sans polluer. 
Alors beaucoup ont ressorti une bécane du fond du garage, investi dans un nouveau biclou, eu recours aux vélos en libre-service. Et se sont rendu compte que ce trajet à pédales, ça n'était pas si terrible, finalement.
 
De fait, les chiffres sont spectaculaires, tout particulièrement en Ile-de-France, à Lille et à Lyon : on parle d'une hausse de 79% de cyclistes en région parisienne. Le pont de pierre de Bordeaux voit passer 10 000 vélos par jour. On dirait que le modèle du deux-roues écolo, à la hollandaise, séduit de plus en plus, grèves aidant. 
Mais le phénomène n'est pas tout à fait nouveau : en septembre 2019, la fréquentation sur les grands axes parisiens avait progressé de 54%, déjà.
L'engouement pour la bicyclette finit par trouver un écho dans les programmes politiques et dans les politiques publiques, à l'approche des élections municipales. Le gouvernement a annoncé l'année dernière son « plan vélo », qui devrait aider financièrement les collectivités à assurer une transition vers les mobilités douces. A Paris, la maire sortante Anne Hidalgo promet une ville « 100 % vélo » d'ici 2026...
Reste à voir si le phénomène perdurera réellement, alors que les transports reprennent progressivement.

  • À la fin de la grève, allez-vous raccrocher votre vélo ? 
  • Cette promesse du 100% vélo dans les grandes villes, est-elle tenable ?
  • La ville y est-elle réellement prête ? 
  • Est-ce le début d’une révolution urbaine ? 
 Reécoutez l'émission:

lundi 7 octobre 2019

Aménagement d'un abri vélo gare de COUËRON

Les aménagements de la gare de COUËRON touchent  à leur fin. 

Pour acquérir pleinement son label P+R, un abri vélo sera livré à partir de la mi-novembre et offrira 68 places dont 48 sécurisées. 

L'accès à la gare en vélo deviendra donc alors réalité !)



Rappelons que la gare de COUËRON est située sur les lignes principales de Nantes- Saint Nazaire et Nantes -Redon ( directions Rennes ou Quimper). 

Pour exemple, Nantes est accessible en 15 minutes avec un simple ticket TAN   (beaucoup plus rapide, moins cher et moins polluant que la voiture). Il est en outre possible d'embarquer son vélo ( dans la limite des places disponibles). 

La fiche horaire, valable jusqu'au 14 décembre 2019, est accessible ICI  . Pour tout renseignement concernant le trafic consulter le site TER Pays de la Loire

N'oublions pas par ailleurs que la gare de Couëron est aussi accessible via le bus N° 91 qui complète son intermodalité [ Information ligne de bus N°91] .

BONS DÉPLACEMENTS

Christophe EVEN

samedi 2 février 2019

Ateliers Vélos sur les Ondes

Dans l'émission de France Inter " Une semaine en France" animée par Claire SERVAJEAN, Sandrine OUDIN anime une chronique sur Les bonnes Ondes , le vendredi à 18h55.

Vendredi 1er Février, C'est l' atelier vélo solidaire Solicycle qui a été à l'honneur.

Plus d’excuses pour abandonner son vélo sous prétexte qu’il a une roue voilée qu’on ne sait pas le réparer et qu’on n’a pas les sous pour le faire faire.Solicycle nous tend la pince, le tournevis, la rustine ou la chambre à air.


Ici, c’est nous qui réparons !


Freins défectueux, phare cassé, problème dans le pédalier ... Des mécaniciens sont là pour nous montrer comment faire avec sur place outils et pièces de rechange, neuves ou d’occasion. 

Près de la moitié des vélos abandonnés sur les trottoirs le sont pour un tout petit bobo !

Déjà six antennes sur Paris et sa banlieue.

 

Le prix pour accéder aux ateliers d'auto-réparation : 20 euros par famille et par an.

Et si votre vélo n'est pas réparable, Solicycle récupère aussi des vélos abimés dans les déchèteries ou auprès des particuliers. Elle les démonte, les remonte et les revend à des prix imbattables.

A l’origine de l’idée l’association « Étude et chantiers » qui remet en selle des hommes et des femmes très éloignés de l’emploi. Les mécaniciens sont tous en contrat d’insertion.  
Petit tour de pédale à l'atelier Solicycle de Clichy dans les Hauts-de-Seine.

LA SUITE A ÉCOUTER

www.solicycle.org


mardi 29 janvier 2019

Le premier vélo de l'année 2019 sortit de la Re Cyclo Rit de Couëron

Gros décrassage, réparations , réglage, graissage et changement roue arrière d'occasion ...



... C'est repartit pour ce vélo de ville .

VALABLE CHAQUE JOUR

VALABLE CHAQUE JOUR